Home > Chronicles > Voici le meilleur du rap québécois en 2017 selon nos collaborateurs invités

Voici le meilleur du rap québécois en 2017 selon nos collaborateurs invités

Faire un bilan de l'année est un exercice assez difficile et, surtout, une pratique très controversée. Les oubliés en ressortent toujours amers, particulièrement les rappeurs. Néanmoins, partager ses coups de coeur est primordiale pour un chroniqueur. C'est la base de son travail. Pour en finir avec 2017, voici donc un tour d'horizon de l'année avec nos divers collaborateurs invités.



Murphy Cooper

murphycooper

Concierge, artiste contextuel, connu.

Le projet du rap québécois que tu as le plus écouté cette année


Même si lancé vers la fin de l'année 2016, Paranoïa (vol. 1) de Obia le Chef s'est imposé vigoureusement, tout au long de l'été, dans mes déplacements de citoyen qui préconise la marche et le transport en commun. Dès la première écoute, je savais que ça bumperait souvent dans mes earphones. Mais si vraiment j'ai à choisir un truc sorti au courant de l'année qui est terminée, allons-y avec New Phone de Loud. J'ai opté pour son EP étant donné que j'ai, pour le moment, seulement prêté une écoute complète à son album.


Vidéoclip de l'année : 56k de Loud.


Difficile à déloger. Il ne pouvait y avoir meilleur match que cette facture qui invite à rêver de vastes espaces blancs et de couchers de soleil incessants avec ce qui sera assurément considéré comme l'un des titres classiques du rap queb d'ici quelques années. Cette vidéo appartenait à Loud et n'importe qui d'autre qui aurait voulu buster quelques moves de danse entre une porte de garage et un avion aurait probablement gaspillé tout le potentiel du clip.


Chanson de l'année : White-B Feat. Lost & Mb – Bando.


Je veux dire, DOG. C'est le hit de l'année. White-B est en train de tout décâlisser et les médias queb vont se réveiller en 2026, quand ils vont enfin se décider à ne plus être ethnocentristes.


Quote de l'année


« Tu peux payer comptant, tu peux payer triste, mais si tu payes pas tu vas payer pour »

Découverte de l'année


Mike Shabb, sans aucun doute.


Rappeur de l'année

White-B, pas le choix. Bando n'a pas été son seul homerun cette année. Il a frappé fort. Le gars joue dans les millions de views pratiquement chaque fois qu'il lance un vidéoclip dans l'univers. La voix du hood.

Producer, beatmaker ou DJ de l'année

Dur d'ignorer High Klassified. Quand tu signes un gros hit niveau international aux côtés de Future et The Weeknd, tu fuck dans les ligues super-majeures.


Mots de la fin


Mo Money Mo Problems célébrait son 20è anniversaire d'existence cette année. La mort de son auteur, Notorious B.I.G, soufflait 20 chandelles également. Dans un élan nostalgique, je me suis rappelé combien le rap américain occupait une place de choix sur nos radios commerciales dans ces années-là. La chanson hommage dédiée à Biggy par Diddy a d'ailleurs été largement diffusée sur les CKOI, Énergie et autres. Le rap US s'insérait timidement mais tranquillement dans le quotidien du commun des mortels qui avait, à cette époque, horreur des pantalons XXL.

En début de nouveau millénaire, Eminem avait pu bénéficier d'une couverture similaire. My Name Is s'inscrivait dans le registre commercial au même titre que les Britney Spears et les frères Hanson.

Et comme ça, brutalement, le rap a été tassé des ondes pour faire place à plus de folk et de figures blanches et convenues qui ne gênent le confort de nos aînés, matantes et mononcles. Et je ne parle même pas ici de rap queb. Le rap, de manière générale, n'accède carrément plus aux radios francophones top 40 de la province. Même quand les Drake, Migos, Post Malone, Lamar, Uzi Vert, Sremmurd, 21 Savage et Kanye dominent tous les palmarès.

Il est bon aussi de noter que les rappeurs québécois prisés de nos journalistes ne sont rarement ceux qui cumulent le plus de vues sur YouTube. White-B en est un exemple probant. Comme si la rue, la violence, le proxénétisme, la drogue, l'accent haïtien ou maghrébin disqualifiaient systématiquement nos rappeurs. Je pense aussi à Kaytra qui est constamment snobé par les médias d'ici. Faudra sérieusement s'efforcer à sortir de ces patterns ethnocentristes. La rue parle. Écoutons-la. C’est pas si difficile pourtant : fais ta job adéquatement pis ça devrait aller.


Olivier Boisvert-Magnen

rifffverue

Journaliste culturel au Voir, animateur à CISM et pigiste à Paroles & Musique (SOCAN), HHQc.com, Centre Phi et VICE

Projet de l'année : Eman & Vlooper - LA JOIE.


De loin l'album rap québécois le plus audacieux et intéressant de l'année. Les productions de Vlooper sont puissantes et les flows d'Eman, impressionnants.


Show de l'année : Loud au Cercle.


Un mois après un passage correct aux Francofolies, Loud a monté la barre d'un niveau à Québec, lors d'un passage inoubliable au festival Signaux de nuit. Une prestation à couper le souffle, appuyée par les premières parties réussies de Morpheus' Arms et David Lee.

Vidéoclip de l’année : Lary Kidd – Contrôle.


Une réalisation haletante et violente de Martin Pariseau avec un Lary Kidd impeccable dans son rôle de fou furieux au marteau.


Chanson de l’année : FouKi – Gayé / Loud – 56K.


Deux chansons au vibe estival incommensurable, qui sont déjà en voie de devenir des classiques du rap québécois.


Quote de l’année : «Fais pas ton niaiseux».


Gros throwback de cette line de 2007 par CDX et Yes Mccan. Mention aussi à «Tu peux pas changer les hoes en Kent Nagano», la line qui a soulevé le plus de débats cette année.


Remix de l’année : DJ Nerve X Alaclair Ensemble – Ça que c’tait.


Le vétéran a réussi à redorer un classique moderne. Exploit.


Découverte de l’année : FouKi.


On l’avait déjà aperçu avec Plato Hess en 2016, mais FouKi s’est vraiment révélé cette année avec trois projets de qualité : Extendo, Sour Face Musique et Pre_Zay. Mention aussi à DO, The Outcast, Kevin Na$h, Les Drogues Fortes ainsi que c r y p t ? ? ?, amideluxe et l’ensemble du collectif 9 9 9.

Rappeur de l’année : Loud.


Deux parutions de haute importance (New Phone et Une année record), des millions de vues sur Youtube, un début de percée en France et un engouement médiatique considérable.

Producers de l’année


Lowpocus, Manifest, Jei Bandit, QuietMike, BNJMN.LLOYD, Bloom, Ajust, Ruffsound, Fruits, Nicholas Craven et VNCE.CARTER.


André Péloquin

andrepeloquin

Chroniqueur musique et chef de contenu pour Disque dur

Le projet du rap québécois que tu as le plus écouté cette année


Réponse clichée, mais bon : Une année record de Loud.

Show de l'année


La supplémentaire de L’Osstidtour au Club Soda (28 janvier 2017).

Déjà que c’était “osé” de proposer une telle tournée, cette supplémentaire était autant un doigt d’honneur à celles et ceux qui auraient douté de la pertinence d’un tel projet qu’une confirmation que le rap queb’ rejoint bel et bien le grand public (les deux supplémentaires en découlant en témoignent, justement).

Vidéoclip de l'année


Copy/Paste d’Eman X Vlooper. Déjà que le clip est beau à la base, la réalisation (avec son «plan-séquence» et sa multiplication d’Eman) es incroyable.

Chanson de l'année


So Far, So Good, de Loud.

Rappeur de l'année


Au risque de me répéter: Loud.

Producer de l'année


Kaytranada. Prestation à Conan avec Talib Kweli et Anderson .Paak, un excellent album (99.9%) sous le bras et des collaborations plus qu’enviables (avec Kendrick Lamar, par exemple). Le gars a juste pas été arrêtable en 2017.

Mots de la fin


Grosse, grosse, grooossseee année pour le rap. Comme le genre est incroyablement sous les projecteurs au Québec ces jours-ci, un énième “backlash” (chroniqueurs grand public en manque de sujets, incompréhension de la culture, etc.) est à prévoir en 2018. Gardons, collectivement, la tête froide.


FiligraNn

filirevue

Fondateur de prendre un tsi poid sur YouTube. (N.D.L.R. : Animateur, fondateur des WordUP! Battles, et responsable du site Web wordupbattles.net)

Le projet du rap québécois que tu as le plus écouté cette année: Air Max de Dead Obies.


Air Max s'est retrouvé à plusieurs reprise sur ma TV dans le salon à jouer du début à la fin pendant que j'cuisine. Le EP est short and sweet, relativement planant et c'est là-dessus qu'ya un de mes coups de coeur de l'année : La chanson Allo Allo avec Naadei.

Show de l'année


Je vais pas voir beaucoup de show, mais j'ai eu la chance d'animer le show de lancement de la marque One & Only et c'était vraiment une soirée magique. Un beau mélange d'exposition artistique et de show rap, des pièces de linge unique (c'est le concept de la marque, chaque pièce est du vintage retapé à la main!), des oeuvres en tout genre, du beau, du flyé, du weird, du vivant et un line up de feu sur la scène. Avec les années qui passent sur le compteur, j'me donne comme objectif de rester connecté sur les moves de la jeunesse pis cette soirée-là était un très bel exemple de comment notre scène artistique locale est POPPIN' à Montréal!

Sinon, j'étais pas sur place et j'ai seulement vu des images sur les réseaux sociaux, mais le show de Dead Obies au Métropolis semblait complètement malade. De la haute voltige, les gars sont définitivement en avance sur le game en terme de show live.

Vidéoclip de l'année


C'pas du rap queb, mais je trippe particulièrement sur PLAIN JANE de Asap Ferg. En toute simplicité, calice que c'est dope!

Plus près de chez nous, j'aime beaucoup l'esthétique des clips de Rymz. Sans que ce soit nécéssairement dans mes cordes, j'apprécie particulièrement comment lui et son équipe work au niveau de son image en tant qu'artiste.

Chansons de l'année


  • Coup de coeur franco : J'en ai parlé plus haut, Allo Allo de Dead

  • Coup de coeur anglo : Kevin Na$h - Go up

  • Le joint briseur d'internet de l'année : Soyons réalité, 56K de Loud a carrément brisé l'internet.

  • Le hood anthem de l'année : For The Low de Enima


  • La ré-invention de l'année : Voilà voilà de Souldia.

Je suis fasciné par la façon dont Souldia arrive à se réinventer et s'adapter aux nouvelles tendances. Ça reste complètement LUI tout en étant tout àfait actuel et au goût du jour. Un des rares rappeurs de sa génération à avoir aussi bien réussi ce tour de force.


  • Le chilleur anthem de l'année : même si je suis plus fan de WanWay, Wake Up ou #Actifs, j'pense que la chanson Gayé de FouKi a définitivement marqué l'année 2017.


Quote de l'année


C'est peut-être pas la line du siècle, mais j'oublie instantanément TOUS les punch de TOUS les battles que je vois parce que ma mémoire suck mais VK a spit ce line au Katacombes lors de son battle contre Parka et for some reason ça m'est resté : Ton père fourra des nains : Fort Boyard.

#Chudead LOL. Le battle sort début janvier, stay tuned!

Remix de l'année : FPTN de Yes MCcan.


Un super remake du track original par CDX.

Découverte de l'année : le groupe La Collection.


Je les ai booké en show pour la 10e édition de La Relève se lève dans le cadre du festival La Grosse Semaine et j'ai été franchement impressionné par leur énergie sur scène. Je les avais jamais vu live avant cette soirée alors j'ai pris une chance et c'était mon coup de coeur du festival. Les gars sont encore jeunes alors j'ai hâte de voir où leur évolution vont les mener.

Rappeur de l'année : Loud.


J'pense que ça dépend beaucoup du cercle où tu évolues. Beaucoup de rappeurs ont connu une année super. Je pense notamment à Enima, White B, Lost, Izzy S, Souldia, Rymz et Alaclair Ensemble. Mais ce que Loud a réussi à créer comme following, comme buzz, même si ce n'est qu'en toute fin d'année, c'est assez impressionnant et il n'y a rien qui a accoté ça en terme d'impact dans mon petit univers.

Producer de l'année


En début d'année, j'entamais un EP où j'invitais des artistes de la relève qui m'inspirent et j'ai eu l'honneur de recevoir un beat de FOU d'un jeune producer que je ne connaissais pas du tout : SLUMGOD. C'est pas le producteur de l'année parce qu'il n'a pas sorti grand chose encore, mais je profite de la tribune pour le shout out! Shout out à OZ qui m'a flip de quoi de fou et que j'ai également découvert en me lançant dans ce projet. Shout out à Jay Scott qui a hold it down comme un fucking miracle tombé du ciel pour engeneer les sessions au studio Quai 6.

Mots de la fin :


Belle année pour le hip-hop québécois. La scène est plus vivante que jamais et ça promet pour 2018. J'ai certainement dit quelque chose de très semblable la dernière fois que j'ai fait une revue de l'année mais c'est justement une belle preuve qu'on traverse une période très riche pour le rap queb. 2018 devrait être SICK : hâte de voir ce qui va se passer du coté de Joy Ride avec Loud et Rymz, FouKi avec 7e Ciel, ça risque de frapper très très fort, Enima et son possible retour sur scène, Lost qui revient bientôt et la montée du street rap, c'est un potential game changer right there. Freddy Gruesum s'enligne pour sortir un premier album, PDox prépare un nouveau projet solo, le retour de SP et de possibles collaboration avec Ti-Kid, du nouveau pour Rowjay, BLK management et Make It Rain record qui cook up du heat pis je termine avec une question : est-ce qu'on aura droit à un autre projet solo d'un membre de Dead Obies?

Ah pis hey, le retour des juges au WordUP!

LET'S FUCKING GO!


Simon Coutu

simon_coutu1

Reporter, VICE Québec

Le projet du rap québécois que tu as le plus écouté cette année : Loud - Une année record



Show de l'année : la tournée à Obedjiwan et Manawan de Souldia



Vidéoclip de l'année : Nate Husser – Catherine / Lary Kidd - Contrôle



Chanson de l'année : FouKi - Gayé / Loud - Devenir immortel (et puis mourir)


Découverte de l'année : FouKi


Rappeur de l'année : Loud


Producer de l'année : High Klassified



Une belle année pour le rap queb. C’est en fait l’année où j’ai le plus couvert cette magnifique culture, de plus en plus diverse. J’ai aussi l’impression qu’en 2017, les scènes franco et anglo se sont plus que jamais côtoyées.



Catherine Guay


cathcism

Jeux de mots Queen et animatrice d’une émission cuisino-humoristico-rap sur les ondes de CISM.

Le projet de l'année


1 - Eman X Vlooper - La joie

2 - Loud - Une année record

3 - Sam Faye et D-Track - Stereo

4 - P.S. Merci pour le love - Yes Mccan

5 - Pré_Zay - Fouki


Show de l'année


Pour le move très risqué, mais plus qu’important, le spectacle d’ouverture de La Grosse Semaine est selon moi le show de l’année que beaucoup de gens ont manqué. FiligraNn a pris les devant en bookant un show entièrement féminin pour la deuxième édition du festival. Bon choix, beaucoup de passion et de talent étaient au rendez-vous.

Vidéoclip de l'année


En plus de se démarquer à l’étranger, le maintenant classique 56 K de Loud a été tourné en un seul plan séquence dans une formule simple avec juste assez de moves de danse pour capter notre attention. Pour le 1500 000 views et le timing parfait avec le soleil, ce clip arrive en première position de mon top vidéoclip de l’année.


La deuxième position revient à Mes gars shootent pour le naturel des membres d’Alaclair Ensemble dans l’environnement BasquetBallesque. Mention spéciale au plan de Maybe Watson en concierge qui dit prenez-moi.

Chanson de l’année


Au delà des préférences personnelles, cette catégorie doit souligner une chanson qui à su rejoindre un plus grand nombre de gens que les adeptes du rap québ. La chanson ambassadrice du mouvement RapQueb en 2017 est selon moi 56K de Loud.

Par contre, j’ai eu un grand coup de coeur pour Couronne d’épines de Monk-E et Parapluie de Save Yours feat Fouki.


Quote de l'année


«Oh, tu voulais percer en France, hein?!

Du coup, t’as largué ton accent

T’as truqué ta voix comme T-Pain

Né pour un p’tit pain, mort pour un croissant»

Excellente punchline de la part de Loud sur Devenir immortel (et puis mourrir). Les hypothèses sont multiples quant à la cible de cette flèche, loin de moi l’idée de starter la bisbille, l’important c’est de faire des bonnes rimes.

Remix de l'année


Il va sans dire que le retour de CDX dans l’imaginaire collectif est un élément marquant de l’année 2017. F.P.T.N. de Yes Mccan est plus qu’un bon flash, c’est le remix de l’année. Mention spéciale à Vendou pour l’excellent Remix de ShutDown de Skepta. Tanné d’être gentil, c’est ce qui se passe lorsque Vendou sort du gentil gang pour une track solo. On garde l’oeil ouvert pour 2018 et on espère un peu plus d’écart de conduite de sa part.


Découverte de l'année


Nous ne pouvons passer à côté du jeune Fouki pour cette catégorie. En plus d’avoir atteint au-dessus de 100 000 view pour son clip Gayé, il a participé à plusieurs collaborations marquantes notamment avec Save Yours et les amis de la Fourmilière. Le travail acharné est récompensé alors que Fouki et son équipe signent un contrat chez 7ième Ciel Record. Un excellent coup de la part de notre Steve Jolin national.


Mots de la fin


Une des grandes réussites du RapQuéb en 2017 est l’évolution de la conquête de l’Europe. Plusieurs ont su se démarquer sur l’autre continent et nous souhaitons une plus grande expansion encore pour 2018.

Aussi, cette année a été une très bonne année pour la relève du RapQuéb. Les jeunes comme LaF, l’Amalgame, Fouki, Save Yours, Mike Shabb et Kevin Na$h ont assuré la continuité plus que jamais. Nous espérons la suite pour 2018.


Olivier Arbour-Masse

olivierarbour

Journaliste à Rad. (N.D.L.R. : Radio-Canada) A réalisé cette année une série sur le rap québécois.

Le projet du rap québécois que tu as le plus écouté cette année


Loud, autant son EP New Phone que son album Une année record.

Show de l'année : Alaclair Ensemble au Festif ! de Baie-Saint- Paul


Vidéoclip de l'année :


Copy Paste, Eman x Vlooper. (Oui, je suis conscient que 56K est sorti en 2017, mais sinon, ça fait trop de Loud)


Mention spéciale : Contrôle de Lary Kidd.

Chanson de l'année : Devenir immortel (et puis mourir), Loud


Mention spéciale à California - KNLO x Snail Kid x Toast Dawg et For the low - Enima.

Quote de l'année


«Né pour un petit pain, mort pour un croissant»

Remix de l'année


Shash’U – Nomadic Massive, Konba

Découverte de l'année : Fouki.


Bon, je l’ai découvert dans les derniers mois de 2016, mais il s’est imposé avec des gros tracks en 2017 et a fini l’année en signant avec 7 ième Ciel. Mention spéciale à Save Yours.

Rappeur de l'année


Loud, ici comme ailleurs

Producer de l'année


High Klass, ne serait-ce que pour son beat sur l’album de Future.

Mention spéciale à Ajust, Ruffsound et Realmind.

Mots de la fin


Très grosse année pour le rap queb. Les tournées en Europe, les aventures solos de plusieurs membres de groupes établis, Alaclair qui ouvre le gala de l’ADISQ, une reconnaissance de plus en plus importante, des fans au rendez-vous… C’est une belle période pour rapper au Québec.





By: HHQc.com

Comments

Online Store