Home > Critics > Guess who's back

Guess who's back

2 ans et demi, c’est le temps qu'Eminem a prit pour nous donner l’album Encore, tout fraîchement sorti en magasin. Plusieurs ont déclaré cet album comme étant un test ultime pour Shady.



Après avoir donné au monde hip hop trois classiques hip hop confirmés, allez savoir pourquoi cet ouvrage avait une pression grandissante à l’approche de sa date de parution…

Tout d’abord l’album est bien construit et fait preuve d’une certaine liberté pour le rappeur de Détroit. Em’ a fait semble-t-il cet album pour lui et ses proches. La même sauce est par contre brassée sans éléments nouveaux avec les mêmes featurings (50 Cents, Obie Trice etc) et comme le voulaient les rumeurs, on aurait apprécié les appariations de Nas, Redman, Busta Rhyme, Xzibit et des productions de Hi-tek, Kanye West, Dj Premier. Bon les rumeurs font rêver, mais Slim Shady a démenti ou bien a décidé d’en faire autrement. Si l’album est bien bâti la production aurait pu être un pilier plus solide. Eminem produit bien et fait les choses à sa manière, mais la diversité faisant partie de ses premiers albums nous force d’admettre qu’elle est en voie d’extinction sur celui-ci. Dr Dre a produit les meilleurs morceaux au niveau musical : Never Enough, Rain Man et Encore qui pousse dans le nouveau style Crunk Music. Eminem n’est pas en reste avec les productions de : Like Toy Soldier et Mockinbird qui touche instantanément.

Si on parle des productions de Eminem avant sa profondeur textuelle et de son vibe, c’est parce qu’il a changé. Les gens aiment le blondinet pour son humour, son coté ludique et ses paroles irréprochables au niveau de la sincérité, de la réflexion qu’il nous demande. Or ce coté disparaît lentement, mais surment. On le sent plus coriace dans sa mentalité, jouant les dures de manière excessive (coté thug vraiment pas nécessaire). En étant souvent au coté de 50 Cents, certains diront que l’influence est directe, mais la demande du marché et les lois marketing qui régissent le rap game en ce moment font certainement une plus grande pression sur un produit hip hop par les temps qui court. En terme claire un album concu pour vendre au max. Comprenez moi bien cet album mérite d’être acheté, mérite d’être écouté et vaut son prix, mais un artiste a une âme et tout comme ses beats, Matters s’est laissé aller un peu sur ce dernier. Ca arrive à tout le monde, 2 pac n'a pas toujours sorti des bombes avec ses albums et personne ne le déteste pour autant! Right ?

Fini d’être négatif ! Il y a des bombes sur cet album que vous devez écouter. Never Enough featuring 50 et Nate Dogg possède un potentiel certain pour le balancement de votre tête de l’arrière vers l’avant (Dre sur la prod). Like Toy Soldiers est conscient de la situation mondiale et sonne comme une lettre ouverte aux politiques étrangères de nos voisins du sud (beat original aux percussions spéciales). Rain man est définitivement le morceau le plus claire au niveau du langage de Eminem et croyez moi la première écoute fait rire, Shady n’hésite pas à jouer avec sa voix sur ce morceau (Pipi, Caca à souhait pour les amateurs). Mockinbird est le morceau qui touche, track écrit pour sa fille et, c’est inévitable, les mélancoliques comme moi aimeront ce morceau du premier coup( piano calculé par Luis Resto).

Finalement, Eminem nous donne un disque de qualité et au dessus des standards, mais nous sommes loin des débuts destructeurs de Shady. Eminem se fout de tout le monde et possiblement de cette critique, il pourra se vanter d’avoir fait une galette comme il l’entend. Pour les vrais fans, sinon vous devez acheter les classiques précèdent pour voir la discographie suivre son cours…

8/10

Les hits : Never Enough (Feat Nate Dogg & 50 Cent), Like toy soldiers, Mockinbird, Encore (feat Dr Dre & 50 Cent).



By: Hell-T

Comments

Online Store