Home > Critics > UMR - Minority Muzik Minoritaire vol1

UMR - Minority Muzik Minoritaire vol1

Le premier projet du collectif UMR composé de Feros et Spittin Cobra sent le béton montréalais, c’est cru, sans compromis et réel.



En fait, vous pouvez juger par vous-même en voyant les nombreux vidéoclips autoproduits par le groupe qui font un malheur sur le net. On est à des lieues des rappeurs de pacotille qui ne peuvent pas supporter leurs rimes par des actes et qui font tout pour pouvoir être facilement vendables dans le marché saturé du rap. Mais l’ambiance UMR n’est pas seulement axée sur la rue, on parle notamment de politique, des minorités, de fête et des êtres qui ont été maltraités par le quotidien de notre métropole. Soyons francs, l’apologie aux drames sur le macadam est monnaie courante tant dans la scène locale qu’internationale alors qu’est ce qui fait du premier produit du crew montréalais vaille la peine pour que je vous en parle? En fait, j’ai rarement vu une aussi bonne chimie entre deux maîtres de cérémonies : un maniant la langue de Molière et l’autre celle de Shakespeare, une force qui est encore inexploitée dans la scène du 514. En plus, nous avons ici un produit entièrement indépendant rempli de producteurs de talent tels Darkstarr, Real-D, Soke, Sef, Illsest et Feros lui-même.

Le point fort du groupe sont les morceaux lourds, ce genre de morceaux qui font pomper l’adrénaline vous voyez ce que je veux dire? Le flow agressif à haut débit de Spittin Cobra me rappelle les flows inspirés de Bizzy Bone dans l’âge d’or du légendaire groupe de Cleveland. Si vous voulez mesurer les habilités de ce mc d’origine irakienne, écoutez les très lourds Pop Pop et Real City Zoo.

Un des moments forts du premier projet de UMR est sans contredit Bizzz, avec la collaboration de Kalash. L’instrumentale de Real-D et Feros est taillée sur mesure pour aller avec les rimes percutantes et la voix grave de la moitié francophone du duo montréalais. En fait Feros, d'origine syrienne porte bien son nom car chaque apparition sur le projet est remarquée par tension qu'il dégage.

Un autre morceau digne de mention est As the world turns où Spittin Cobra expose différents aspect de la société moyen-orientale avec un texte intelligent et un flow toujours impeccable. Bien sûr, le groupe a pensé aux dames et leur a dédié un superbe morceau pour fêter et oublier les soucis. L’excellent raggaemen Soke est derrière les manettes et au refrain de ce morceau qui fera un malheur en été dans les rues de Montréal.

Pour finir je suis très satisfait du premier projet de UMR, un groupe prometteur de la scène montréalaise qui va surement grandir artistiquement dans les années à venir et s’imposera sans l’ombre d’un doute comme un des exposants du rap québécois.



By: EVO

Comments

Online Store