Home > Critics > Dézuets d’Plingrés - Vétustes et consentis

Dézuets d’Plingrés - Vétustes et consentis

Depuis la sortie de « Prémices Obsolètes » en 2007, l’objectif des drummondvillois Téhu et Helmé n’a jamais changé; le duo souhaite produire de façon indépendante leur propre vinyle.



En avril 2011, Dézuets d’Plingrés (DZDPG) a finalement sorti la galette orange intitulée « Vétustes et Consentis » comprenant cinq pièces musicales, des instrumentaux et des a capella. Les musiciens du Jaxa Quartet (Alexandre Lahaie et Alexandre Bédard) font également sentir leur présence sur l’album en complétant les riches compositions musicales de Téhu, notamment avec l’apport de la guitare et de la basse.

L’album débute avec « Tout est calculé » qui s’inscrit parfaitement dans la philosophie de leur maison disque QNJ visant la promotion « d’un nouveau type de jazz ». Cette fusion avec le jazz permet à DZPG de développer un son singulier dans le paysage hip-hop au Québec.

Servant de carte de visite, la pièce éponyme décrit en détail la démarche artistique du groupe et répond surtout à la question : « C’est quoi Dézuets d’Plingrés? ». Vétustes et Consenti contient également des collaborations transatlantiques avec les Français Dizzylez, 12Mé& Raph et Enz. Dans la pièce « Instinct d’insectes » feat Dizzylez, la chimie est palpable entre Helmé et son compatriote français, originaire d’Avignon, qui mélange allègrement, « le slam hip-hop jazzy ».

Dans le morceau « Décalage », Helmé décrit avec justesse le problème du rayonnement des artistes hip-hop québécois; dans la mesure où ce ne sont pas toujours les plus talentueux qui jouissent de cette visibilité internationale tant espérée. Soulignant aussi la petitesse du marché hip-hop au Québec, Helmé rappelle avec raison « comme partout y a du bon son pis de la grosse marde» en faisant un clin d’œil plus ou moins subtil au Roi Heenok.

Sur « Vétustes et Consentis », il est impossible de ne pas prendre quelques lignes pour s’attarder à l’un des « posse tracks » les plus massifs de 2011. Regroupant les mc’s suivants : Jamaï, Arnak, Mehdi Cee, Smilé, Jo RCA, P.dox, Khyro, Enz, Monk-e, RU et Filigrann, ce morceau est une véritable ode au vinyle, à la table-tournante et au Dj. En dépit des nombreux « quotables » de cette pièce, il faut souligner le « fou verse » de Jamaï qui attaque le morceau en disant :

Un gros sac plein de vinyle / je suis allé crate diggin/ à peine cinq minutes j’ai déjà spotté peut-être 10 000/un vrai « Crate Digger » samplerait pas d’Mp3 niaise moé pas/ donne moi un break c’est notre vieil hip-hop…

La face B du vinyle contient aussi les versions instrumentales de « Vétustes et consenti », «Microsillons » de même que des échantillons a capella qui risque de faire la joie des Dj et des Mc’s locaux. En somme, DZDPG amène un vent de fraicheur dans les nombreux produits de ce rap jeux. Le seul bémol, serait la quantité de chansons sur l’album, car on aurait espérer davantage de nouvelles pièces. Reste que la qualité prime sur la quantité et DZDPG tire le premier coup de canon dans ce combat entre l’analogue et le digital.



By: Ghetto Érudit

Comments

Online Store