Home > Critics > Tyler The Creaton - Goblin

Tyler The Creaton - Goblin

« Comment attirer l’attention médiatiques en quelques étapes? » La réponse à cette question pourrait facilement être illustré par la récente montée en popularité du collectif Odd Future Wolf Gang Kill Them All (OFWGKTA).



Après avoir mis le feu aux planches du talk show de Jimmy Fallon, le nom de Tyler the Creator et OFWGKTA est sur les lèvres de tous les rappeurs, de Jay-Z à Diddy. Or, qu’est-ce qui fait en sorte que ces jeunes rappeurs californiens piquent tant la curiosité des mélomanes? D’une part, l’originalité du collectif fait en sorte qu’ils amènent un vent de fraicheur dans la scène hip-hop avec des performances qui s’apparente plus à des concerts punks avec des trashs et des moshpits. La complicité du collectif est aussi un de leur point fort puisque chacun des onze rappeurs apportent une touche particulière au groupe, certains se démarquant beaucoup plus que d’autres. Finalement, la controverse est définitivement leur arme de prédilection qui leur permet de jouir d’autant de visibilité, avec des raps à saveur misanthropique rappelant les heydays du défunt label Definitive Jux. Un peu comme NWA l’ont fait trente ans plus tôt, ils prennent la scène par surprise avec leur attitude Idontgiveaf*ck et jenesuispasunmodèleàsuivrepourlesjeunes.

D’abord, il importe de spécifier que ce genre de rap ne convient pas à tous. Les paroles sont très crues et explicites, en plus d’une utilisation à outrance de propos qui peuvent paraître homophobe au premier degré. Ainsi, comme South Park l’ont fait dans l’épisode The F Word, l’usage du mot faggot est utilisé de façon dérogatoire à l’homosexualité. « An extremely annoying, inconsiderate person » serait la définition préconisé par Stan de South Park alors que Tyler the Creator affirme qu’il utilise ces propos « to describe stupid shit, […] and I’m not homophic. I just think fagot hits and hurts people ». C’est sans équivoque qu’il y aura des gens qui se sentiront vexés par ses paroles et son langage mais rares sont les artistes qui plaisent à tous. Sommes tout, il y a du talent qui se cache chez ce rappeur.

L’album se construit principalement autour d’interactions entre Tyler et Dr TC, son thérapeute qui était également présent sur le premier album Bastard. Les sujets abordés passent de son dégout pour l’humanité, ses relations avec les femmes, son mépris pour l’église, etc. L’album est très homogène, outre le troisième simple She, avec le crooner du crew Franck Ocean. Peut-être une des principales lacunes de l’album serait que plusieurs pièces se ressemblent tandis que d’autres aurait du complètement être coupé au mixage. De plus, il semble que les pièces où figure les membres les moins connus du collectif souffrent par la pauvreté de leurs textes et la supériorité des raps de Tyler est flagrante. Les plus grandes surprises du crew sont Hodgy Beats et Frank Ocean qui parviennent à se démarquer du lot.

Par contre, si on analyse les bons cotés de l’album, le simple Yonkers est définitivement un des meilleurs morceaux de l’année, avec un diss non subliminal à B.o.B. et Bruno Mars. De plus, les productions lo-fi et macabre de Tyler et Left Brain donne un ton particulier à l’album mais une plus grande diversité aurait été apprécié.

Goblin est donc un excellent album qui contribuera à la popularité du groupe et surtout à celle de Tyler, qui est clairement le leader et celui qui a plus de chance de réussir dans cette industrie. Bref, comme les membres du groupe sont jeunes, on ne peut espérer qu’ils vont parfaire leur style avec le temps et réussir à redonner vie au mouvement rap de l’ouest des USA. Entretemps, je peux vous garantir que dans les prochains mois, vous verrez plusieurs rappeurs imiter leur style et tenter de recréer le hype, chose que plusieurs échoueront!



By: Ghetto Érudit

Comments

Online Store