Home > Critics > Woodman - Product of the machine

Woodman - Product of the machine

Imaginez-vous quelques instants dans un monde post-apocalyptique où un individu ayant des propriétés cybernétiques s’enfuit du laboratoire qui l’a créée et laisse échapper sa haine aux malheureux se heurtant à son chemin.



Si vous croyez qu’il est question d’une réflexion geek sur le film Universal Soldier avec Jean-Claude Van Damme et Dolph Lundgren, détrompez-vous, car il s’agit plutôt de la critique de Product of the Machine du rappeur anglophone Woodman.

En effet, la pochette de l’album nous plonge immédiatement dans une atmosphère hip-hop composée « d‘une violence technique et cinématographique » à la fois par les textes et les productions musicales. Sur Product of the Machine, Woodman a su s’entourer de plusieurs collaborateurs de qualité pour faire valoir le concept du rappeur « rescapé de l’industrie du disque » tout au long de l’album. Par exemple, le rappeur Scynikal du groupe Murderface ouvre la tuerie sur le morceau « The fun stops here » et Helmé de Dézuets D’Plingrés déchire également sur « Contrôle de qualité » produit par Téhu. Cependant, Woodman prouve qu’il est aussi efficace seul en s’illustrant sur l’excellente pièce « Oxygen ». Ce morceau, dont un clip est disponible en ligne, révèle également l’immense talent de Soké qui produit la majorité des beats de l’album (58,33% pour être précis!). Il ne faut pas oublier le producteur Chukk James qui étale aussi son potentiel musical sur trois pièces de l’album dont « Aligators in the sewer » qui détonne avec la rythmique des cymbales complètement mong!

Heureusement, les pièces les moins inspirantes au niveau des beats ou des textes comme « Dark Side » et « Circle of life » restent très écoutables. Le choix de Woodman de rester fidèle au concept de l’album et de mitrailler l’auditeur avec 12 chansons agressives consécutives peut être lourd à supporter si l’on n’est pas dans un certain état d’esprit. Reste que les dernières pièces de l’album laissent entrevoir une autre facette du personnage qui sera sûrement mise de l’avant dans ses projets futurs. Ainsi, la chanson « Remedy » feat. Soké et Paranoize est sans contredit l’une des meilleures pièces de Product of the Machine.

Pour un premier effort solo, cet album se distingue réellement du reste par son originalité, sa qualité et l’utilisation efficiente du talent local. En espérant que son prochain effort puisse aller au-delà de la nature belliqueuse du rappeur afin de combattre les autres « produits de la machine ».



By: Anzoo

Comments

Online Store