Home > Critics > Zaho: Artiste du mois

Zaho: Artiste du mois

Alors que l’édition 2013 des Francofolies de Montréal cogne à notre porte et annonce une autre saison de festivals, l’équipe HHQc a décidé de passer au peigne fin, l’ensemble des artistes qui fouleront les différentes scènes intérieures et extérieures dans le cadre du 25ième anniversaire du festival. Plusieurs figures connues des festivaliers des Francos (Manu Militari, Oxomo, 1995, IAM et Koriass par exemple) feront vibrer le public une fois de plus, alors que certains artistes, se feront découvrir pour une toute première fois (Agua Negra, Dead Obies, Loud x Larry). Durant tout le mois de juin, HHQc vous donnera son point de vue sur ces spectacles qui marqueront cette nouvelle édition.



Afin d’entamer ce dossier sur nos impressions des Francofolies de Montréal, HHQc a choisi d’accorder une place importante à l’un des secrets les mieux gardés du Québec. La chanteuse Zaho, québécoise d’origine algérienne, foulera les planches de plusieurs scènes durant toute la durée du festival. Soucieux de faire preuve d’ouverture d’esprit, HHQc a accordé le prestigieux Artiste du Mois à la belle diva de la pop-r&B francophone (une des rares femmes à avoir obtenu le titre d’Artiste du Mois). HHQc se fera un plaisir de la rencontrer et de découvrir ses spectacles afin de vous donner un aperçu de ce que Zaho a dans les tripes.

Aujourd’hui, comme entrée en matière, nous vous proposons une critique de l’album Contagieuse, le deuxième opus de Zaho. La jolie diva à la voix rauque est grandement méconnue au Québec si l’on compare sa popularité locale à l’immense succès qu’elle remporte en France et en Europe depuis la sortie de son premier opus Dima en 2008. Alors que les gens ignorent qu’elle est une fille bien de chez nous (arrivée d’Algérie à l’âge de 18 ans), nos cousins français l’adorent et lui ont depuis longtemps ouvert leur cœur. Avec un son plus pop-r&b que hip hop, HHQc a spécialement décidé de lui porter oreille car elle représente tout ce que plusieurs de nos artistes locaux rêvent de devenir un jour; vedette dans l’hexagone. Zaho a conquis le vieux-continent sans se soucier de son succès au Québec. Ce n’est maintenant qu’elle est bien établie de l’autre côté de l’Atlantique, qu’elle vient enfin nous présenter sa musique et nous bénir de son énergie contagieuse sur scène. Nous l’avions initialement rencontré lors de son passage à la première édition du Festival Hip Hop de Montréal en avril 2012, alors qu’elle avait fait exploser le Club Soda en faisant une entrée surprise lors du spectacle de Rohff. Aujourd’hui, avec ce second album, Zaho nous rend visite pour la première fois aux Francofolies et nous permet de la découvrir davantage. Contagieuse est une nouvelle carte de visite qui plaira particulièrement aux jeunes filles qui aiment projeter une image de femme forte et en contrôle et aux amateurs de pop-r&b à la plume puissante et douce.

Contagieuse? Le terme n’est pas trop fort. La musique de Zaho vous restera gravée quelque part entre le marteau, l’enclume et l’étrier, alors que ses mélodies s’incrusteront dans le cartilage de vos osselets. Si la musique populaire doit forcément posséder cette caractéristique, il faut reconnaître que Zaho a depuis longtemps obtenu son doctorat en la matière. Sa musique ne plaira pas nécessairement aux amateurs de rap hardcore qui visitent régulièrement notre site, mais quiconque sait reconnaître la finesse de ses mélodies, la justesse de sa plume et l’unicité de son timbre de voix, pourra certainement comprendre pourquoi elle a réussit à se tailler une place de choix dans les discothèques de la jeunesse européenne et à s’attirer le respect de certains des plus grands rappeurs de France (Rohff, La Fouine, Sefyu, Tunisiano et Don Choa avec qui elle a collaboré). Il faut évidemment comprendre que le marché hip hop français a depuis longtemps décidé d’accordé une importance capitale aux tubes et aux singles à saveur pop. Avec l’omniprésence de certaines stations de radio en milieu urbain, comme Skyrock, la place de Zaho dans le créneau pop-hip hop-r&b prend tout son sens. Ici, elle s’est principalement fait connaître grâce à ses collaborations avec Sean Paul et La Fouine, même si le premier single de son album Contagieuse, la pièce Boloss, a tournée en radio commerciale. Si le public qui suit sa musique depuis le début, alors qu’elle avait présenté son album Dima en 2008, ne sera pas étonné par le ton et par le contenu de Contagieuse, l’équipe HHQc, qui a fait une écoute attentive de l’album, a eu l’agréable surprise de se frotter à un projet qui ne puisse que rarement dans les clichés, qui rivalise avec les grosses productions américaines et qui permet à la pop-r&b de l’hexagone de se ressourcer dans ce que nous savons si bien faire en Amérique du Nord: des hits sans flirter avec le côté si quétaine de nos cousins français.

L’album cogne du début à la fin. Les productions, qui peuvent parfois être un peu safe (un des rares bémols de l’enregistrement), sont immédiatement remises à niveau par cette capacité innée que possède Zaho de conjuguer fragilité et puissance en même temps. Sa plume est habitée par une certaine hargne, par une force qui la rend virile et séduisante à la fois (fait rarissime pour une si jolie demoiselle). Cette caractéristique explique probablement pourquoi elle s’attire les bons vouloirs des grands MC de la France, car elle a un certain mordant qui sonne parfois plus hip hop que r&b. Au niveau des sujets, elle explore surtout dans les émotions qui émanent des rapports homme-femme et des relations amoureuses, mais elle sait également nous captiver grâce à des titres plus mélancoliques comme Divisés ou à du pur égotrip à la sauce hip hop.

A écouter : Jardin d’Eden


Achetez l'album sur iTunes 



Visitez le site web de Zaho 



Zaho en spectacle aux Francofolies de Montréal le 14 juin à 20h00 et 15 juin à 22h sur la scène La Presse.


Informations du spectacle du 14 juin à 20h00


Information du spectacle du 15 juin à 22h00 



Relations de presse - SIX media marketing 






Comments

Online Store