Accueil > Chroniques > Hip Hop Cop

Hip Hop Cop

Yo, ya quelques semaines, j’ai lu un livre trop mortel: The Notorious C.O.P., The true story of NYPD first hip-hop cop who cracks the cases of Tupac, Biggie et Jam Master Jay.



J’ai pété ce livre de 300 pages en 3 jours tellement que c’était tight. Derrick Parker (l’auteur) est un policier de New-York qui a grandi dans le milieu hip-hop. Il est devenu cop par tradition familiale et a toujours gardé un lien étroit avec la musique. Le jour, il enquêtait dans la section homicide et le soir, il fréquentait les shows et les clubs hip-hop. Avec les temps, il s’est rendu compte que ces deux univers (le crime et la musique) se mélangeaient de plus en plus. Quand il y avait un crime impliquant un rapper, il était toujours le premier appelé sur les lieux et c’est comme ça qu’un simple policier écoutant du hip-hop est devenu hip-hop cop.

Le livre est très bien structuré et explique en détail ce qu’on a pu voir et entendre ces dernières années dans notre culture : le shooting impliquant Shyne, Puffy et J.Lo dans un club de NY, le premier shooting (et le shooter) de Tupac en 94, le home invasion chez Foxy Brown, les jacks de Busta Rhymes, les morts et les enquêtes bâclées de Tupac et Biggie, ainsi que celles de Jam Master Jay (ainsi que le pourquoi). Il parle de criminels notoires comme Kenneth « Supreme » McGriff, la tête du Supreme team de Queens qui opérait pour environ 200 000$ de crack/cocaine par jour. D’ailleurs, Supreme était l’un des principaux investisseurs de Murder Inc avant que le FBI ne s’en mêle (un peu comme Harry O pour Death Row). Il aurait aussi commandité le shooting de 50 cent parce qu’il parlait de lui dans la track Ghetto Qu’ran. Il parle aussi de la Commission, une click de jeunes hardcore de Brooklyn qui se spécialisaient dans le jack de vos rappers préférés.

Ce qui est intéressant, c’est que Parker remonte le fil d’une histoire qu’on connaît tous, l’évolution du hip-hop, mais d’un angle qui nous est inconnu, celui de la loi. Ce que j’ai bien aimé aussi, c’est qu’il dénonce l’attitude, les préjugés et l’incompréhension de la police face à notre culture. En lisant ce livre, je pensais toujours à notre bonne vieille popo qui aurait tout intérêt à le lire aussi. D’ailleurs, Derrick Parker a dût se retirer prématurément du NYPD à cause de la jalousie et de la méfiance de certains collègues.

Bref, le livre est mortel : ça nous donne un insight sur certaines situations qui, jusqu’ici, était encore très floues et ça donne une certaine perspective d’avenir quant au hip-hop et son lien avec les forces de l’ordre. Ceux qui aiment lire, checkez ça, ça vaut vraiment la peine. Pour ceux qui n’aiment pas lire, checkez ça pareille!

Peace



Par: Webster

Commentaires

Boutique En ligne