Accueil > Chroniques > Le dernier noël des Tuqs

Le dernier noël des Tuqs

Ce n’est pas qu’un au revoir, c’est un adieu pour Atach Tatuq qui a donné samedi soir dernier leur dernier spectacle à Montréal. Peut-être est-ce un déroulement amer, pourtant c’était un sort qui semblait être écrit.



Trop d’ego sous une même tuque ou alors trop de complexité dans la logistique ? Peu importe, l’heure a sonné pour cette révélation du rap joual. Ils resteront ceux qui ont risqué de toujours être eux-mêmes, ceux qui ont cru que leur culture était égale à toutes autres et qu’il allait de soit de rendre le rap québécois. Un véritable produit de leur Montréalité, l’éclectisme du collectif nous manquera. Mais séchez vos pleurs, car après le démantèlement, il y a la reconstruction à travers l’éparpillement.

La nostalgie mise à part, l’ultime spectacle d’Atach Tatuq, Le Père Noël est une Salope, au Club Soda, déçoit. Ce n’est pas par manque d’émotion ou d’énergie de la part du groupe qui propose encore une très belle présence sur scène garnie de costumes et de couleurs, c’est plutôt le public blasé, ou peut-être attristé, qui est la source de cette déception. En effet, le public dégageait une nonchalance devant cette représentation qu’il a sûrement déjà vue et dont il connaît tous les secrets. Peut -être que le groupe aurait du préparer quelques surprises, mais on sent que les complicités sont périmées et qu’il est de temps de plier bagages. Outre quelques moments d’éveille et de mouvement où le publique acclame Dee, chante Bag of Smiles et Plastic Doré et lève la voix pour dire à dieu, la foule resta étrangement diffuse.

Egypto, Arnak et RU, prennent le temps de répondre à mes questions. Le résultat est loin d’être une interview protocolaire, mais plutôt une jasette sur le sofa. Entre interruptions et éclats de rires, cet enregistrement au son garage est tout à fait à l’image d’Atach Tatuq. Désordre organisé, humour, amour du Hip Hop et espoir qu’il aura longue vie au Québec.



Par: Safia

Commentaires

Boutique En ligne