Accueil > Chroniques > Les rappeurs québécois qui ont soutenu la grève étudiante de 2012

Les rappeurs québécois qui ont soutenu la grève étudiante de 2012

Il y a 5 ans, le Québec vivait la plus longue et la plus imposante grêve de l'histoire du Québec et du Canada. Rapidement, plusieurs artistes ont pris position en faveur de la grève, et étonnement ce sont les rappeurs qui ont été les plus vites sur la gachette. Bien sûr, si on oublie le fameux groupe Mise en Demeure. En somme, le rap québécois a été le deuxième à embarquer dans le train. Tour d’horizon de l’époque durant laquelle la scène musicale s’est impliquée dans cette lutte de grand horizon.



D’abord, quelques rappeurs québécois ont accepté de soutenir les étudiants en grève en participant à des capsules contre la hausse. De ceux-là, nommons Helmé (Dézuets d’Plingrés), BFC (Casse Croute) FiligraNn, Obia le Chef, Beeyoudee, Jules & Murph et Dj Horg (oui, oui, il rap). « Qui peut prétendre faire du rap sans prendre position? » questionnait alors le rappeur Obia le Chef en participant au projet.









Ensuite, les rappeurs, accompagnés de Dj Horg à la réalisation, ont décidé de pousser plus loin en produisant une compilation complète intitulée Printemps Érable entièrement dédiée à la grève étudiante. Le résultat a été franchement convaincant. Cette compilation gratuite a fait son petit bonhomme de chemin : des milliers de téléchargements sur le Web et des critiques favorables dans la plupart des médias généralistes. Disque de la semaine à La Presse et on en a même dit du bien sur les ondes de Musique Plus à l’émission de Claude Rajotte. Vous pouvez toujours écouter le projet sur le bandcamp de Dj Horg.


Parallèlement, les rappeurs Jules et Murph, impliqués dans le projet, ont fait paraître un vidéoclip assez loufoque et ironique où ils faisaient l’apologie des prêts et bourses. Le clip était en quelques sortes une réponse à ceux et celles qui disaient que les étudiants qui s’achetent des iPhones et boivent de la sangria sur les terrasses ne sont pas à plaindre.



Entre temps, le groupe Loco Locass a dédié, en juin 2012, Québec est mort, vive le Québec!, son troisième album studio, à la grève étudiante. Le vidéoclip Wi est un bon exemple de ce que cet album propose.
 

Ensuite, plusieurs MC’s, qui étaient impliqués dans la lutte, se sont inspirés de la grève pour composer de la musique. C’est le cas du groupe Dernier Bastion, qui a dédié au moins une chanson de Dissidence, son deuxième album, à la lutte étudiante de 2012. « Succédant à Sortir de l’ombre, un premier album sorti en 2011 et téléchargé par plus de 3000 internautes, Dissidence a été imaginé et conceptualisé en réaction au pathétique business as usual qui a suivi la fin abrupte du mouvement social qui a ébranlé le Québec de 2012. » précisait le groupe dans son communiqué de presse officiel.

 


« On était 300 000 dans la rue pis on rêvait qu'ça change / Des fois, j'ai l'impression qu'on recule tellement que y a rien qui avance / Pendant que les flics sans matricule nous regardent en chien d'faïence / On l'sait qu'les consignes viennent d'en haut pis qu'ils attendent rien qu’la chance / d’en maganer un comme faut sans voir les conséquences / parce qu'ils savent qu’on s’écrase pis que les médias relativisent / quand ils racontent l’histoire, qui font l’décompte le soir / arrestations, vitrines cassées mais ils trompent l'auditoire » 



Finalement, le groupe Dézuets D’Plingrés s’est plus tard lui aussi inspiré de la grève en faisant un bilan personnel de la grève étudiante. Une brillante critique durant laquelle Helmé, le rappeur du groupe, raconte toute sa déception par rapport à cette lutte qui pour lui était un échec en-soi.


À LIRE ÉGALEMENT: 





Par: SDG

Commentaires

Boutique En ligne