Accueil > Chroniques > Ces exemples tirés du rap québécois qui nous prouvent que les temps ont changé

Ces exemples tirés du rap québécois qui nous prouvent que les temps ont changé

Chez HHQc, nous aimons pousser loin et se remémorer des souvenirs issus de notre hip-hop québécois. Vous l'avez déjà deviné, mais ce qui est particulièrement intéressant lorsqu'on se met à écouter des vieilles chansons rap, c'est toutes les références historiques qui s'y retrouvent. Aujourd'hui, nous avons décidé de vous partager quelques pièces qui seraient maintenant impossible de réentendre ou de revoir. Voici donc un petit voyage dans le temps pour bien commencer le week-end.



Le salaire minimum a beaucoup augmenté.



En écoutant Ado-presto, une vieille track de Gerv et Mosa J datant de 2001, on réalise que le salaire minimum n'est vraiment plus ce qu'il était.



« En plus, j'ai travaillé à 40 heures/semaine à 6 piastres et 90 cennes », entend-on dans ce morceau que les plus vieux fans de rap local se souviendront.



Les clopes étaient vraiment moins cher.



« Pour ceux qui fument même si c'est rendu 8 et 60 le paquet », disait St-Saoul aux côtés de Koriass et Confus sur son premier album, paru en 2004. À l'entendre parler, 8,60$ c'est vraiment cher pour un paquet de cigarettes.



Ce n'est pas tout le monde qui avait un cellulaire.



On se souvient tous de cette époque, mais quand on écoute du vieux rap québécois, on se rend compte que c'était vraiment un luxe d'avoir un cellulaire. Si les gangsta rappeurs aiment flasher qu'ils ont de l'argent, il y a un temps où ils braggaient simplement le fait qu'ils possédaient un… cellulaire.


« J'ai un cellulaire, fuck la carte à puce », se vantait alors King sur la chanson Rien à changé, parue en 2002. Visiblement, il y a certaines choses qui ont malheureusement changé.



Le litre de gaz a déjà coûté moins que 75 cennes.



En écoutant le documentaire Cul-De-Sac ( Hip-Hop Made in Quebec) paru en 2004, on apperçoit Anodajay faire un tour au Shell pour remplir sa voiture qu'il appelle affectueusement Carole. À ce moment, le gaz est à 72,4¢. Quelle époque !





Par: SDG

Commentaires

Boutique En ligne