Accueil > Chroniques > 10 artistes à avoir marqué le rap québécois à tout jamais

10 artistes à avoir marqué le rap québécois à tout jamais

Aujourd’hui, nous nous aventurons dans un sujet épineux. Un sujet qui ne peut pas réellement faire l’unanimité, parce que personne peut prouver ce qu’on avance, et cela reste assez relatif. Cependant, nous sommes convaincus que plusieurs personnes seront d’accord avec nous, puisque l’influence des artistes que l’on nomme dans cette chronique est totalement indéniable. Sans plus tarder, voici la liste - évidemment non complète - des artistes du rap québécois à avoir marqué la scène hip-hop locale à tout jamais.



Dubmatique : La démocratisation du rap 


Dubmatique a été le premier réel succès commercial du rap francophone au Québec. Le groupe a carrément popularisé le genre. Il a amené les gens qui n’écoutaient pas de rap à s’intéresser au hip-hop. Il a également prouvé qu’on pouvait mélanger la pop à la musique rap, un peu comme l’a fait Puff Daddy avec son succès I’ll be missing you à la même époque. 





KC LMNOP & Sans Pression : La révolution du rap joual


SP prend souvent le mérite d’avoir tranquillement amené les rappeurs locaux à reprendre le contrôle de leur identité québécoise et d’arrêter de rapper avec un accent français. Cependant, il ne faut pas oublier l’importance de KC LMNOP qui a lui aussi amené un rap 100% joual et, ce, bien avant Sans Pression. Son rap était omniprésent sur les ondes des radios commerciales et les non-initiés se souviennent encore très bien de lui aujourd’hui. 

Muzion : Faire les choses en grand


Muzion a été le seul groupe du rap québécois à être signé sur un major label, si on oublie Latitude Nord qui n’a pas réellement connu de succès. Le groupe a carrément été le premier du ‘’game’’ a prouvé qu’on pouvait faire les choses en grand avec un gros budget. Tout ce que Muzion faisait était impressionnant : des spectacles aux albums jusqu’au matériel promotionnel. On a pris conscience grâce à Muzion qu’on peut être big et faire du rap au Québec. Ensuite, le talent du groupe était complètement extraordinaire. Il a influencé une génération complète de nouveaux rappeurs, mais ce n’est pas le point. 



King & Le Connaisseur : Le gangsta rap québécois


Ensuite, King et Le Connaisseur ont prouvé qu’on pouvait faire du bon rap street/gangster au Québec, sans que ce soit forcé ou encore une pâle copie de ce qui se fait aux États-Unis. L’influence des deux MC’s se ressent encore aujourd’hui et tous les fans du rap québécois – même s’ils ne viennent pas nécessairement des quartiers chauds – se reconnaissent ou du moins arrivent à apprécier un rap qui ne leur parle pas personnellement.




83 : Le rap en région et l’émergence du rap blanc


83 a été le premier groupe de l’extérieur de Montréal à connaître un succès important. Il a prouvé à des dizaines et des dizaines d’artistes qu’on pouvait faire du rap sans nécessairement être originaire de la grande ville. Il a aussi été un précuseur pour une génération complète de rappeurs blancs. 



Ruffneck : La révolution des labels


Ruffneck, et par extension son label BBT Wreck Hurdz – anciennement connu sous le nom de II Danga Pro-Darkshan, a été le premier au Québec à amener le modèle hip-hop des labels indépendants américains. Nous croyons qu’il a été un précurseur pour une panoplie de compagnies de disques underground dans le milieu hip-hop. 

Ironik : Le modèle d’affaire

Qu’on le veuille ou non, Ironik et son label Iro Prod ont amené quelque chose de solide au niveau des compagnies de disques au Québec dans le milieu hip-hop. Le professionnalisme d'Ironik était exemplaire. Certains des plus grands labels rap québécois du moment nous ont même avoué qu’ils se sont inspirés à un moment ou l’autre de ce qu’a fait Ironik par le passé. 



Baxter Dexter : la culture des disstracks


Même s'il n'a pas été le premier, Baxter Dexter a amené l’engouement pour les beefs et les disstracks dans le mouvement hip-hop au Québec à un autre niveau. On lui doit plusieurs moments clés dans l’histoire du rap. Nous croyons, par exemple, que cela a possiblement aider à l'aboutissement des WordUP! Battles.

Souldia : Le rap hardcore


Souldia n’a pas seulement popularisé le rap hardcore au Québec, il a carrément créé un mouvement. Il a pris la ville de Québec en otage et injecté une dose de pureté, de rudesse, de simplicité et d’honnêté au mouvement rap québécois, qui en avait grandement besoin, tout en gardant un niveau élevé de professionnalisme et d'entrepreneurship. Si des milliers de jeunes québécois au travers la province portent aujourd’hui le code barre, c’est grâce à son travail monstrueux.




Loud Lary Ajust : Le rap québécois à la sauce américaine


Loud Lary Ajust ont en quelques sortes modernisé le rap québécois. Ils ont été capables de rendre un son québécois parfaitement américanisé, sans que ça sonne comme une mauvaise copie. Ils ont également remis l'aspect narratif de l'avant. L’esthétique hipster et l’approche imaginatif du groupe ont amené une tout nouvelle génération de fans, et plusieurs rappeurs d’ici sont inspirés de leur modèle très efficace.







À LIRE ÉGALEMENT: 




Par: SDG

Commentaires

Boutique En ligne