Accueil > Chroniques > Retour à l'école

Retour à l'école

Il y a des cours plus agréables que d’autres, par exemple lorsque la matière enseignée est le Hiphop. Gardez vos yeux ouverts et prenez des notes, c’est l’histoire qui parle…



Hip Hop
Voici l’écriture phonétique du Hiphop, la façon dont le mot HipHop sort de vos bouches, avec des H aspirés. C’est comme ça lorsque vous épelez le mot HipHop Cette écriture sert pour vos intros dans les morceaux, dans les artworks, etc.

Hiphop
Voici l’écriture que doit avoir le mot Hiphop : un seul mot et un H majuscule. Voici l’orthographe correct lorsque vous écrivez des articles, chroniques etc.. Bref, quand vous le pensez comme une philosophie et que vous le mettez en pratique comme un mode de vie.

hip-hop
Cette écriture est complètement irrespectueuse! Mais complètement! Et tous les gens mainstream utilisent cette écriture honteuse! Toutes les communautés, les minorités qui sont fières de leur appartenance mettent une majuscule à leur nom : les Noirs, les Communistes etc. Comment peut-on prétendre respecter le Hiphop en l’écrivant de cette manière? De plus, il est important de garder la valeur culturelle de ce mot souvent mal interprété, le Hiphop est une culture à part entière et non pas un genre musical, commençons par le début…

1972 : La naissance
Un beau jour, un Dee Jay, nommé Dee Jay Kool Herc, débarqua avec sa musique dans Cedar park (dans le Bronx) et se mit à jouer du James Brown, du Jill Scott Heron ou bien encore The Last Poets. Quand il jouait, tout le monde dans le voisinage le savait, mais pas à cause de flyers ou de pub, juste grâce au son qu’on pouvait entendre 10 blocks à la ronde, Dee Jay Kool Herc ne jouait pas de façon conventionnelle parce que c’était un Dee Jay, pas un DJ!!! Un DJ vous passait Elvis Presley puis disait ‘’ Voilà, vous venez d’entendre Love me tender d’Elvis’’…Lui, c’était un Dee Jay, c’est-à-dire qu’il était en interaction avec le disque! Un DJ vous passe le disque, fait une intro et une outro mais ne touche jamais le disque! Lui, c’était un Dee Jay, bref quelqu’un qui touchait son disque! Voilà donc l’origine du Dee Jaying.

Blacks, Blancs, Hispanos et Asiats, écoutaient Kool Herc mettre le disque jusqu’à la moitié puis le remettre au début! Il faisait ça pendant des heures! Il utilisait une des techniques de Dee Jay appelée ‘’ middle dropping’’, quand tu coupes le morceau et que tu rembobines jusqu’au ‘’break’’ du disque. Donc, les gens qui dansaient dans ces fêtes, on les a surnommés les ‘’break dancers’’. (B boy, b girls)

Ainsi, en 1972, Kool Herc a donné naissance à la communauté Hiphop, grâce à ces fêtes qui, soulignons-le, étaient gratuites… À cette époque d’ailleurs, le rap était illégal. C’était considéré comme une nuisance sonore, donc faire ces rassemblements c’était une manière de résister. Kool Herc était très engagé politiquement : il n’avait pas peur d’être lui-même. Voilà son engagement! Il n’avait pas peur d’être un Dee Jay, et non un DJ! Tout le monde disait à Kool Herc de jouer correctement c’est-à-dire comme un DJ, mais Kool Herc leur répondait : ‘’je m’en fous de jouer comme un DJ, je veux être moi’’.

1974
Africa Bambaataa dirigeait une organisation appelée The Organization! Rien à voir avec les gangs d’aujourd’hui qui font leurs affaires dans leur coin. L’organisation poursuivait les étudiants jusqu’à l’école pour essayer de les enrôler. Après un séjour en France, Africa Bambaataa a changé le nom de The Organization en Zulu Nation et a construit cette Zulu Nation sur 4 principes : ‘’Peace, Love, Unity and having fun’’. Les fondements du Hiphop étaient ici.

1976
Un électricien, connu dans le quartier sous le nom de Dee Jay Flash, trouva une pièce de micro avec les boutons on et off dans une poubelle du Bronx. Il se demandait comment on pourrait améliorer les fêtes, en supprimant les blancs entre chaque titre. Donc, comme il était électricien, Flash a changé ce ‘’on / off’’ en ‘’right / left’’… Et voilà comment est né le premier ‘’mixer’’, qui aujourd’hui est devenu une industrie de billions de dollars à elle-seule et qui est vendu par les Sonys, Pioneer, et autres! Flash connecta deux tables tournantes à ce ‘’mixer’’ et devint le roi! Désormais, les gens l’appelèrent Grand Master Flash! Scott La Rock était le premier MC. Lorsque Kool Herc mixait, il prenait le micro et disait, en suivant le rythme de la musique : ‘’le propriétaire de la voiture immatriculée 456 78YR est prié de déplacer son véhicule de toute urgence merci! ‘’ ou alors il faisait rimer quelques mots ‘’ hey yo last caaaaaal for the alcohooooool’’. Voilà, c’était ça le premier rap. Kool Herc utilisait la participation de la foule en impliquant les gens dans ses ‘’raps’’ : ‘’Hey toi avec le tee-shirt bleu… ‘’ . Donc petit à petit, cette performance c’est ajoutée à la performance du Dee Jay. Grand Master Flash, parce qu’il avait inventé le ‘’mixer’’ avait inventé le ‘’cutting’ et parce qu’il était un peu paresseux pour ‘’cutter’’, il laissait le diamant et il reculait le disque à la main : voilà la naissance du scratch!!! Flash se servait des platines comme d’un instrument de musique. Quand tu es original, tout le monde te dira combien tu es insolent et impoli! C’est très important que vous compreniez ça : il était complètement à part! Il passait pour un fou! Mais pourtant, c’est ça la vrai mentalité Hiphop ‘’ ne nous contentons pas de ce qui est possible, exigeons l’impossible’’.

1979
Le début du rap commercial apparu avec le ‘’Rappers Delight’’ du Sugar Hill Gang. Quand ce rap est arrivé, tout a changé parce qu’on a dit ‘’ on a peur d’être nous-mêmes’’. On a enfermé le Hiphop en prison. C’est le seul challenge que nous avons, apprendre à nous et à le connaître! Le rap aujourd’hui a 80 millions de consommateurs rien qu’aux États-unis, dont 40 millions en âge de voter!!! Imaginez ce qu’on pourrait faire, imaginez le pouvoir qu’on a entre les mains et qu’on ignore!!! On a assez de pouvoir pour instaurer notre propre gouvernement et quand on réalisera le pouvoir de la communauté Hiphop, on aura tout gagné!!! Tout le monde n’est pas au même point dans ce cheminement et chacun exprime son cheminement intérieur sous différentes formes extérieures, que l’on peut regrouper en 9 catégories :

• Le Breakdance
• Le Mcing
• Le Graff
• Le Dee Jaying
• Le Beat Boxing
• Le Street Fashion
• Le Street Language
• Le Street Knowledge
• Le Street Entrepreneurialism

Certains aussi n’écoutent que des cds, d’autres vont à des concerts, mais certains d’entre vous sont prêts pour un genre de pensée plus politique. Certains d’entre vous sont prêts à rejoindre une nouvelle culture, une nouvelle nation, un nouveau groupe, avec des valeurs communes qui sont restées depuis le début : Peace, Love, Unity and Having fun.

Tout les faits et explications de cet ouvrage ont été puisés dans la traduction de PamSiste, envoyée spéciale à Los Angeles (University of State of California) pour assister au cours de Krs-One alias The Teacher, portant sur la culture Hiphop.

www.templeofhiphop.org

Livres à lire:
-Fight the Power par Chuck D
-Black Noise par Tricia Rose
-Ruminations par Krs One
-Droppin’Science par Eric Perkins
-Hiphop America par Nelson George

Adapté par Jeunesse Hiphop Mauricie dans l’espoir de voir s’atténuer le manque de respect envers la culture Hiphop. L’ADISQ devrait peut-être se demander pourquoi sa catégorie rap s’appelle Hiphop, Musiqueplus devrait peut-être se demander pourquoi son émission de rap s’appelle Hiphop, les producteurs d’événements devraient peut-être se demander pourquoi leur soirées rap-r&b-reggae sont devenues des soirées Hip-Hop(!!!)-r&b-reggae, les rappeurs devraient peut-être se demander pourquoi certains MC parlent de faire du Hiphop. N’était-ce pas KRS-One qui disait ‘’ Tu ne fais pas du Hiphop, tu es Hiphop’’. Pendant que beaucoup d’artistes font de la musique en cherchant les bénéfices je leur répond : ne pensez pas à ce que la culture Hiphop peut faire pour vous, demandez-vous qu’est-ce que VOUS pouvez faire pour la culture Hiphop.

Trois-Rivières, Québec, Canada

EACH ONE TEACH ONE



Par: Lynx

Commentaires

Boutique En ligne