Accueil > Chroniques > Hip Compréhension Hop 1

Hip Compréhension Hop 1

Cet article a été écrit vers le début novembre, un manque de temps et une grande quantité de stock expliquent le retard de l'article... Il a quand même été ajouté parce qu'il vaut la peine d'être lu ! -Bigberge



Quelqu’un qui commence à écrire des raps comprendra vite que le moyen le plus facile de faire comprendre ce qu’il est reste de dire il est comme quoi! Cette curieuse science de la comparaison, en plus de s’étendre à toutes les formes d’expression littéraire, peut être utile dans la compréhension des événements historiques et de l’actualité. Voici un exemple illustrant bien ce qu’un foutu rat de laboratoire appellerait le pouvoir potentiel de l’analogie dans le fonctionnement de la pensée!

La lutte pour les droits civiques des noirs est un sujet qui est ressorti dans les médias américains ces derniers jours, notamment avec la marche du Millions More Movement à Washington le 15 octobre et la mort de Rosa Parks à peine dix jours plus tard. L’arrestation de cette militante, pour avoir refusé de céder sa place à un blanc en décembre 1955, avait mené à un boycott du réseau d’autobus de la ville de Montgomery en protestation contre les règlements ségrégationnistes de l’Alabama. Cet événement fut une occasion en or pour un certain Martin Luther King de mobiliser la masse afro-américaine du sud des États-unis. L’approche non-violente, axée sur la résistance passive, fut celle que prôna King tout au long de sa vie, à la suite des épisodes de 1955. D’autres figures charismatiques de la résistance à la discrimination adhérant au nationalisme noir inspiré des idées de Marcus Garvey, dont le plus connu est incontestablement Malcolm X, critiquèrent cependant l’aspect intégrationniste du combat mené par Martin Luther King. Tandis que ce nationalisme noir considère que la seule façon pour un peuple de situer sa propre identité est de développer son autonomie et d’avoir le plein contrôle de sa destinée, l’intégrationnisme cherche à trouver la place du peuple dans la société établie.

Voilà deux dimensions d’une même lutte qui alimentent un débat aussi vieux que le célèbre 13e amendement de la Constitution des États-unis par lequel fut officiellement aboli l’esclavage. Il s’agit d’un débat qui est d’ailleurs gardé vivant entre autres par les rappeurs d’aujourd’hui, comme en témoignent les déclarations de Common au Touch Magazine d’Angleterre, en septembre dernier. Le rappeur de Chicago, qui a lancé plus tôt cette année son sixième album intitulé « BE », a officiellement pris position contre les relations interraciales dans cette interview controversée qui a poussé 3 mc’s de la scène hip hop britannique à enregistrer un diss track adressé à Common. Sur « Dear Common (The Corner Dub) », Rising Son, Yungun et Doc Brown insultent Common notamment en le traitant de « racist bitch »!

« (I’m a) Black monk like Thelonious »
- Canibus

On doit comprendre par ces récents événements que la question de la discrimination raciale, en partie dû au fait qu’elle soit au centre des origines de la culture hip hop, est un sujet que l’on ne peut contourner. Aussi est-il intéressant de constater à quel point les positions intégrationniste et « nationaliste » peuvent curieusement s’appliquer à un autre débat qui nous touche de plus près, en tant que communauté hip hop marginale menant sa propre lutte, ici au Québec. En échangeant avec producteurs et artistes de la scène québécoise en développement et en survolant les discussions de forum, on remarque qu’il est possible de regrouper la communauté en deux catégories sur la question de l’expansion du hip hop québécois : ceux qui sont pour l’émergence du hip hop à l’intérieur de l’industrie de la musique telle qu’elle existe; et ceux qui se résignent à projeter un mouvement autonome et indépendant. Voilà deux positions que l’on associe généralement aux étiquettes « commercial » et « underground », appellations qui demeurent cependant assez mal définies, voire indéfinissables.

Alors que certaines radios commerciales ont semblé vouloir montrer une certaine ouverture tout récemment, en incluant quelques artistes hip hop locaux à leur programmation, certains mc’s d’ici, dont SP, ont déjà clairement affiché leur volonté de créer « notre propre star-système »; une réponse légitime aux médias qui font sourde oreille aux efforts de la scène hip hop locale. Il y a aussi eu la fameuse question de la place du hip hop dans l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ), qui a notamment fait du bruit lors du débarquement du 83 sur la scène du gala de 2002. À l’époque, 2 faces et ses acolytes avaient revendiqué la remise du Félix de l’album hip hop de l’année en ondes. 3 ans plus tard, alors que de plus en plus d’artistes hip hop payent leur cotisation à l’ADISQ, beaucoup critiquent les critères de sélection de cette institution de la chanson québécoise et remettent en question la place du « mouvement » hip hop dans ces hautes sphères d’influence. C’est cette dernière position qu’ont voulu exprimer, depuis 2004, les instigateurs des deux premiers galas de musique urbaine au Québec, le Gala Montréal-Underground et le Gala Unistar.

« Pour l’hip hop, j’suis comme un garde du corps »
- SP (L’étage souterrain)

Tant de problématiques qui nous concernent et qui devraient nourrir nos réflexions personnelle et collective sur le hip hop québécois! Quelle place voulons-nous occuper dans la musique québécoise, ou plutôt, quelle place sommes-nous véritablement prêts à y occuper? Avons-nous besoin de nous construire nous-même une identité plus solide – i.e. développer la scène underground - avant d’intégrer l’industrie de la musique d’ici? Cette histoire de soi-disant mouvement hip hop québécois est-elle un mythe?

Suggestion de lecture du mois :
CHANG, J. & DJ Kool Herc (2005) Can’t Stop Won’t Stop : A History of the Hip Hop Generation, 546 pages.

Disponible pour moins de 20,00$ sur eBay!! Sinon, il existe au moins 2 copies en bibliothèque au Québec (Université Laval et Bibliothèque Nationale du Québec)!



Par: KenLo Le Narrateur

Commentaires

Boutique En ligne