Accueil > Critiques > Kid Cudi – Man on the Moon The End of Day

Kid Cudi – Man on the Moon The End of Day

Vous n’en pouvez plus de l’auto-tune? Vous allez vous jeter en bas du Pont Jacques Cartier la prochaine fois que vous allez entendre T-Pain à la radio? Alors vous lisez peut-être la cure à vos inquiétudes.



Kid Cudi est peut-être le remède à vos oreilles fatiguées à cause de ce premier opus très réussi. Le protégé de Mr. West a du talent, c’est indéniable, et en plus de cela il est très bien entouré. La production de Man on the Moon : The End Of Day est tout simplement impeccable, il s’agit d’un projet avec des grandes prétentions artistiques. En poussant l’enveloppe un peu plus loin, Cudi a pris un grand risque et il a remporté son pari.

L’homme sur la lune a organisé son premier opus en trois chapitres et a convié des invités de marque à se joindre à lui lors de son périple : Common, Kanye West, Ratatat, MGMT, Billy Cravens et Chip The Ripper.

L’album ouvre sur le planant In my Dreams (Cudder Anthem), on constate déjà le grand soin porté aux instrumentaux et à l’écriture. Le premier chapitre est très introspectif comme en font fi Soundtrack 2 My Life et Solo Dolo (Nightmare). Le talent lyrique du natif de Cleveland est très bien servie par la production innovatrice gracieuseté de Kanye West, MGMT, Ratatat, Emile et Free School.

Dans la seconde partie de ce voyage lunaire on ne peut passer à côté du très solide Day N Nite, je vous conseille d’aller chopper le remix par Crookers qui est tout aussi bon. Tout de suite après viens un autre joyau : Sky Might Fall. Dans ce morceau on peut noter une légère influence des légendes de la ville natale de l’artiste, je parle bien sur de Bone-Thugs-N-Harmony. Quoique très subtile, je pense que cette influence est bien présente dans la façon de procéder de Cudi.

Qu’en est-il des jolies dames dans tout ça? Car un bon album n’est jamais complet si l’on ne peut se laisser aller avec des belles donzelles sur la piste de danse n’est ce pas? Enter Galactic (Love Connection Pt. 1) est une piste funky très entraînante qui fera le bonheur de votre (vos) meuf(s). Par la suite, viens une autre boulette dédiée aux demoiselles : Make Her Say. Dans ce morceau Common et Mr. West viennent joindre Cudi dans un des moments forts du périple lunaire.

Dans la partie finale de l’album on ne peut pas passer à cote de la collaboration entre Cudi et deux artistes proue de la scène de rock indie américaine : MGMT et Ratatat. Le mélange de styles est très bien réussi. À quand une collabo entre rappeurs québécois et la scène de rock indépendant montréalaise si réputée de par le monde? À suivre….



Par: EVO

Commentaires

Boutique En ligne