Accueil > Critiques > Bluntheadz mixtape

Bluntheadz mixtape

Pour ceux qui se demande d'où sors Bluntheadz, Buzzy Bwoy a fondé le groupe en 1997 avec ses acolytes Time et Freaky. Il y a donc déjà un bon bout de temps que le nom se promène, mais l'entrée de Time en prison a retardé le collectif avec raison.



Une fois tous les membres libres et réunis, les rappeurs n'attendent pas. Le projet de mixtape est engagé et les boys se mettent à l'oeuvre. Résultat ? Un street tape professionnel. Reste à savoir s’il l'est sur tous les points.

Quand j'ai vu la pochette du mixtape, j'ai tout de suite pensé aux projets américains et lorsque j'ai pressé le bouton « play », tout s'est confirmé. En fait, je doute fort que les mcs écoutent plus de rap francophone qu'anglophone. D'ailleurs leur « slang » est très axé sur les deux langues. Chose certaine il est facile de « bounce » sur le son. Maintenant, est-ce que c'est facile à comprendre ? Dur à dire. Je n’ai habituellement pas de difficulté à déchiffrer ce style de lyrics, mais cette fois-ci je dois admettre qu'il y a quelques lignes que j'ai dû réécouter plusieurs fois. Mises à part quelques tracks, je n’ai pas trouvé les sujets très innovateurs. Les rimes sont souvent pauvres, et ce même si Bluntheadz utilise les deux langues officielles pour écrire les textes. Malgré tout, le « flow » des mcs est très bien équilibré et il arrive sur les temps. Les gars ont du talent, ça c'est évident! Par contre j'ai parfois l'impression qu'ils pourraient l'utiliser autrement et faire un produit plus universel. Toutefois, je respecte! C'est leur style, c'est street, c'est Bluntheadz!

Ce que j'ai bien aimé sur ce mixtape :
L'enregistrement, la qualité des productions et la façon dont les mcs et les apparitions se complètent. On sent que les mecs ont travaillé dur sur le tape. Le mastering et le traitement des tracks vocales ont en général été très bien effectués. On découvre aussi Buzzy Bwoy sous un autre angle. Celui d'un producer qui risque de faire jaser de lui dans les prochaines années. Toutes ses productions m’ont fasciné, mais le remix de « L'amour est une bombe » avec Yan Perreau est la track que j'ai le plus aimé. C'est un côté de lui que je ne connaissais pas avant et je peux vous avouer que j'ai vraiment hâte de voir ce qui va suivre. Sur une mixtape de 22 pistes, vous comprendrez que la liste des invités est longue. Je ne vous nommerai pas tous les mcs qui ont participé, mais Yan Perreau et Nazbrok sont ceux qui m'ont le plus surpris et le featuring que j’ai vraiment apprécié a été celui de Dezed (Atach Tatuq).

Les gens pourront dire ce qu'ils voudront. BBT est dans « la game » depuis longtemps. Ils ont travaillé dur pour se rendre où ils sont et selon moi ils méritent leur succès. Ils sont présents partout: radio, télé (Musique Plus), ringtones (pour Bell et Telus). Bref, le crew est là et il fait parler de lui. Et vous savez ce qu'on dit; « Parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parlez-en! ». Surveillez la venue du nouveau clip de BBT pour la piste « No doubt ». Il est certain que vous le verrez au moins une fois.

7/10

Hits:
Wrong Jusqu'à Die
Fuck Ton Sound (Feat. Hyde)
Don't Front pt. II (Feat. L'intru (DZ))
L'amour Est Une Bombe (Remix) (Feat. Yan Perreau)
Petite Patrie (Feat. Nazbrok et Ruffneck)



Par: JP Bégin

Commentaires

Boutique En ligne