Accueil > Critiques > Caya - Parti de rien

Caya - Parti de rien

Peu importe, le pari est réussi pour Caya. Sa signature avec Iro Productions aura fait foi de la maturité acquise, puisque celle-ci lui assure un réseau solide et bien rôdé, tant pour la promotion que la distribution de Parti de rien, sans compter la publicité que le bouche-à-oreille aura générée dès l'annonce de celle-ci.



Mais venons-en au principal de l'album, la musique. Si quelques morceaux, par l'utilisation presque abusive de trop de beats et autres percussions synthétiques, riffs acoustiques, effets de reverb, pataugent dans la cacophonie (Après la tempête), d'autres surprennent par l'harmonie réussie entre l'électrique et la distorsion lourdes et la mélodie légère, smooth (La tentation). L'album brillera définitivement par son montage, alors que les pièces gagnent en qualité sans jamais perdre en intensité, par leur délivrance ou leur contenu, à mesure que les tracks défilent.

La première impression, pour quiconque connaît un tant soit peu Caya, en sera une de satisfaction, alors qu'il démontre qu'il n'a rien perdu de sa sincérité simple, épurée. On ne peut réfréner un sourire lorsqu'il définit ses haters fidèlement dans On est comme çà :"...J'ai des acquis que tu n'auras jamais, ça parle dans l'back juste quand je ne suis pas là. Quand j'suis devant eux, ça les effraie, ça reparle encore, juste quand j'm'en vais..."

Du reste, l'émotion passe. Alternant facilement de la sagesse à la rage, de l'amour au regret dans des pièces assez variées pour plaire à un vaste public, des inconditionnels aux plus nouveaux, frôlant parfois dangereusement le punk québécois (Avec le temps).

En fait, les quelques points faibles de l'album, à mon avis, se retrouveront souvent au niveau des chorus ou encore des backs qui seront chantés par quelque obscure connaissance de l'artiste, la voix de Doug St-Louis sur No Time rappelant malheureusement celle de Kermit the Frog alors que les lyrics de Caya sont right on point, pendant que le texte autant que l'attitude de CliFF lasseront l'auditeur.

Par ailleurs, les points forts de l'album seront sans l'ombre d'un doute les tracks les plus biographiques, mettant en valeur l'essentielle franchise, la sincérité de Caya. On s’attache à l’artiste plutôt qu’au personnage qu’il aurait pu tenter de créer, comme tant d’autres, et ses paroles en gagnent en profondeur, visent juste et frappent fort.

En gros, ce qui manquera en génie musical sera exponentiellement racheté par l'approche no-bullshit de Caya, et quiconque souhaite longue-vie au Hip Hop québécois ne devra que respect à un pionnier qui a toujours fait son chemin, envers et contre tous, sans jamais reculer devant rien ni personne.

8/10

Les hits :
À l'ombre des blocks, La tentation, On est comme çà et définitivement Kim



Par: One Punch

Commentaires

Boutique En ligne