Accueil > Interviews > Entrevue avec Obia Le Chef & Karma Atchykah

Entrevue avec Obia Le Chef & Karma Atchykah





lehiphopcafe : Premièrement,
comment s’est orchestrée cette collaboration entre vous et le groupe Sniper
pour leur nouvel album, À Toute Épreuve?



Obia : Je pense que le mot clé c’est Silence d’Or…



Karma : T’entends le Silence?! Basically, Sniper, lors de leur passage
à Montréal en octobre dernier, cherchait à connecter davantage avec le public
québécois. Carlos a fait sa petite magie et lui et Sniper se sont entendus à
faire une version québécoise de leur album À Toute Épreuve qui était déjà sorti
en France. Ce qui faisait la différence c’était d’avoir le remix pour une des
chansons  et ils ont choisi Chienne de
Vie…



Obia : Au niveau du choix des artistes, le
fait que Sniper ait choisi les artistes…



lehiphopcafe : …ok carrément, c’est eux qui vous ont
choisi…



Karma : Oui. Grâce à l’internet. Il faut préciser grâce aux
WordUP ! Battles, qui donne une belle visibilité à nos artistes. Je sais
que Carlos leur a fait entendre un maximum de monde d’ici. Souldia a fait la
première partie  pour Sniper à Québec,
donc ils ont eu la chance de le voir là. Ça a fini avec Obia, Karma et Souldia,
c’est comme ça que ça c’est donné. Pour ceux qui croient qu’il y a eu des
transactions d’argents et des package
deals,
détrompez-vous…



 



Obia : …on a versé beaucoup du budget de
Silence d’Or. Silence d’Or est maintenant presque bankrupt



(rires)



Karma : Non, non. C’est eux autres qui ont choisi. Ça prouve qu’ils
sont connected, qu’ils sont à
l’écoute, qu’ils savent ce qu’ils aiment. C’est des gars de l’ancienne.



lehiphopcafe : Justement le fait qu’ils vous aient
choisi, est-ce que ça vous a apporté une certaine pression afin de bien
performer, de bien répondre aux attentes ?



Karma : Bah la pression…la pression c’est de faire un bon track avant tout…



Obia : Ouais c’est sûr. Tu sais que ton public est beaucoup plus large
du coup…



Karma : …ah oui j’avoue… En discutant avec Tunisiano, vraiment il m’a
demandé ce que je disais à cause de l’accent. Quand même que ça se rende de
l’autre bord, je vais m’assurer qu’ils catch
le plus possible.



lehiphopcafe : Donc il y a un travail sur
l’articulation qui a été fait…



Karma : Ben, je ne vais pas te dire que j’ai prostitué mon shit. Je veux qu’ils comprennent le plus
possible même avec la différence d’accent, mais il y a des  slangs
que j’aurais employé ici qu’ils ne comprendraient sûrement pas, c’est sûr. On
veut que ça se rende là-bas, mais c’est pour ici aussi donc… On a fait la track
devant eux, Obia a écrit live on the spot,
moi j’ai eu un petit 3-4 heures d’avance…



(rires)



Karma : …you know, j’étais
chez moi le matin même en train d’écrire dès que l’instru a été envoyé. Juste pour montrer aux gens, on l’a fait live in the making



Obia : …c’était ça la vraie pression.



Karma : Exact



Obia : Toute l’atmosphère d’avoir les gars de la France : tu sais
que leur public est différent et il faut que tu produises un shit qui va être bon, sur le spot. C’est ça la pression. En plus avec
un groupe comme Sniper aussi…



lehiphopcafe : …ouais c’est sûr que c’est pas le
groupe le moins connu…



Karma : …c’est ça. Tu veux leur faire honneur dans ce sens-là, mais ce
n’est pas une pression du genre « oh shit
tu choke ».



lehiphopcafe : Vous vouliez qu’ils soient contents
d’avoir fait le bon choix avec vous…



Karma : Oh oui…Yeah. It is what it is. J’ai aimé l’expérience qui est sortie de cette situation-là, j’aime le
fait que les gars nous ont approchés, j’aime le fait de les avoir vu en live…C’est comme ça quand tu rencontre
des gens établis. Les gars sont des chilleurs,
sans stress…



Obia : Ils sont très terre à terre.



lehiphopcafe : Vous mentionniez leur
professionnalisme, qu’est-ce que vous avez appris d’une expérience comme
celle-ci ? Est-ce que votre éthique de travail a changé ?



Obia : C’est sûr que ça peut juste te faire croître en tant
qu’artiste. Chaque expérience que tu as est censée te faire aller plus loin,
d’avoir une plus grande perspective de ta carrière en tant que telle. Moi
personnellement, c’est une des meilleures expériences que j’ai eues dans ma
carrière jusqu’à date, donc c’est sûr qu’à partir de là ça ne peut que
s’améliorer. Donc je vais continuer à faire mon shit, mais c’est gros sur un CV mine de rien.



Karma : Moi c’est sûr qu’en termes
d’inspiration c’est priceless. Tu
n’es pas supposé switch à chaque
personne que tu rencontres, mais il y a quelque chose en toi qui change. Dans
ce cas-ci, la France est beaucoup plus réactionnaire qu’ici. Sniper ont eu des
textes qui n’ont pas passé, ils ont eu quelques scandales…



Obia :…j’ai fais exprès de citer Éric Zemmour et Jacques Attali dans le verse parce que justement, il faut
garder ça actuel avec l’expérience des gars aussi. Quand tu fais un genre de
projet comme celui-là…



Karma :  …ils t’ont shoutout aussi pour ça, quand ils te
disaient qu’ils ne savaient pas que tu étais au courant…



Obia : Ouais, ouais. Dans le booth.
C’est justement, il faut qu’ils puissent voir. Souvent, les gars ne savent pas
exactement c’est quoi qui se passe, ne connaissent pas les états d’âmes des
artistes d’ici. Ils ont une perspective bien spécifique par rapport à nous qui
commence un peu à changer, à s’ouvrir à cause de 2-3 artistes qu’ils ont
entendus de fil en aiguille. C’est donc une chance pour nous de rep Montréal n’importe où que tu sois,
de montrer qu’on n’est pas un endroit fermé. On connaît leur struggle. Moi quand via communiqué on
m’a demandé de donner mes impressions sur la collaboration avec le groupe
Sniper, j’ai répondu qu’il nous a donné la chance de montrer le volet québécois
d’une lutte mondiale. Jacques Attali c’est un gros Illuminati et Éric Zemmour…Sniper
a été en cours à cause de lui. Tu comprends, il faut garder ça réel sur tous
les aspects. Je pense que c’est ça qui a fait la véracité, l’authenticité de ce
morceau-là.  Souldia la même chose. Il a
amené avec lui le côté Québec up north. Karma lui est venu avec son point de
vue artistique sur le sujet. Tout ça ensemble fait que le remix pour moi c’est
quelque chose d’historique pour le rap game
québécois, pour la francophonie.



lehiphopcafe : Quels ont été vos moments forts de
cette collaboration ?



Karma : Des moments comme quand Tunisiano me check et me demande ce que je viens de dire parce que j’ai une
manière et un accent Queb. Il n’était
pas exactement sûr de savoir ce que je venais de dire…



lehiphopcafe : …mais ils montraient de l’intérêt…



Karma : …ils montraient de l’intérêt….



Obia : …il m’a demandé cela aussi pour ma line de Bleu Nuit…



(rires)



Karma : C’est vrai, ils ne savent pas c’est quoi Bleu Nuit.



Obia : Il faut comprendre aussi, c’est pas parce que tu rap sur un track français que tu ne peux pas avoir
tes références d’ici.



Karma : Tu sais que tu as une chance d’atteindre leur public, mais ça
reste la version québécoise, pour ici. Il y a un bel échange au niveau de la
prononciation and it’s a beautiful thing.
On respecte la leur, ils respectent la nôtre. À un moment donné, il parle de la
« parole du minaret ». Je comprenais « minaet » et c’est là
qu’il m’a expliqué…



Obia : …ah c’est ça qu’il dit ??



(rires)



Obia : J’étais sûr qu’il parlait en arabe (rires)



Karma : Oui. Donc, il m’a simplement expliqué
et je savais tout de suite de quoi il parlait. Pour moi c’est plus ça. Cette
expérience m’a fait comprendre que si je veux avoir une carrière en France, je
dois m’attendre à ce qu’ils ne comprennent pas telle et telle chose. Bref,
c’est ce genre d’anecdotes qui m’ont marqué dans cette expérience.



lehiphopcafe : Et pour toi Obia, y a-t’il un moment
qui t’a marqué dans ton expérience avec le groupe Sniper ?



Obia : Moi ce que j’ai le plus enjoy
il faut comprendre que c’était le fun
faire le track, le clip Youtube également, mais ça reste du travail. Ce que
j’ai vraiment aimé c’est chill avec
les gars le soir d’avant au Thai Lounge : il y avait Carlos, Sniper, leur
manager, Universal France était-là aussi avec les b-boys de Born 2 Serve. On a vraiment kick back



Karma : …oh j’ai chill aussi
avec eux, maintenant que je me rappelle. J’avais carrément oublié !
J’avais chill avec eux autres à
une de nos soirées Freshmakers, ils
sont passés le jeudi d’avant. Les gars étaient là pour un petit bout…



lehiphopcafe : …ils se sont familiarisés un peu…



Karma : …ils n’ont pas juste performé lors de leur passage ici. Ils
sont entrés en contact avec des artistes et des gens du showbiz d’ici. Ils sont
habitués d’être avec un major, mais
pour cet album ils sont indépendants, donc ça leur permet un nouveau contrôle
sur leur propre produit. Un peu comme Booba le faisait à un autre niveau, ils
rencontrent des gens, ils regardent ce qui se passent autour, se tiennent au
courant. D’ailleurs, on essai de les faire repasser d’ici cet été,
Inch'Allah comme ils disent
là-bas.



lehiphopcafe : Donc peut-être une place pour
d’autres collaborations ?



Karma : …I
mean, you know
. À date c’est dope
et une chose à retenir c’est que les WordUP ! ont fait du bruit
là-bas.  On dirait que ça a rappelé aux
français que les gars sont capables de spit
ailleurs.



Obia : C’est vrai ça. Ils avaient laissé faire le Québec. Ils avaient
oublié ce qui se faisait ici.



lehiphopcafe : En terminant, à quoi peut-on
s’attendre de vous au niveau musical dans les prochains temps ? Toi Obia,
je crois qu’il y a le vidéo pour Grosses Bastos avec L’Xtrmst.Zen qui s’en
vient ?



Obia : Yeah avec mon boy
L’Xtrmst….



Karma : …qui représente le Jean-Guy…



Obia : …le Jean-Guy all day. Le vidéo s’en vient bientôt. En
attendant, vous pouvez aller chercher l’album Le Procédé d’Obia le Chef et El
Cotola sur Itunes ou bien dans vos spots
undergrounds
. Faites attention, l’album Le Théorème sort en 2012 également,
donc les choses se passent. Surveillez les pages facebook et restez à l’écoute.



Karma : Pour moi, Diasporama est toujours en vente partout, tu connais
le time. Allez voir la shopzone d’HHQC pour mes street albums. Je vais aussi porter le
chapeau du label exec. Beaucoup
d’albums en vue pour Silence d’Or. L’album de Mauvais Acte le 20 Mars, l’album
de Soké le 27 Mars, beaucoup de mouvements pour Marco Volcy, l’album de Dirty
Taz pour mai… Juste quelques trucs pour vous rappeler qu’on bouge toujours. On
prend le temps de bien étudier le marché. Obia n’est toujours pas bien loin. Shoutout à mon boy Oli. The original Oli I know (rires).  Hip Hop
Café, je veux voir ça un jour, to sip my
latté…



Lehiphopcafe : …ce n’est qu’une question de temps
mes amis…





Par: Olivier Brault - lehiphopcafe.com

Commentaires

Boutique En ligne